Callistemon

symbiose.tn

 

Couleur des feuilles
fvertpalefvertfonce
Couleur des fleurs
rougeroseviolette
Feuillage
Persistant
Forme
Étalé ou tapissant |Buissonnant
Hauteur à maturité
1 à 5 m
Largeur à maturité
 1 à 2 m
Entretien
 Modéré
Besoin en eau
 Moyen
Croissance
 Normale | Rapide
Multiplication
 Semis |Bouturage
Résistance au froid (rusticité)
 Résistante (rustique) |Moyenne (semi-rustique)
Densité
 1 pied/m²
Exposition
Soleil
Utilisation
 Balcon ou terrasse | Serre et véranda |Couvre-sol |Massif ou bordure | Haie |Plantation isolée| Rocaille
Plantation
 Pleine terre |Bac, pot ou jardinière
Type de sol
 Calcaire |Sableux |Caillouteux |Humus, terreau
PH du sol
 Alcalin | Neutre |Acide
Humidité du sol
 Sol drainé | Sec

 

Le genre Callistemon comprend 25 à 34 espèces d’arbres ou d’arbustes endémiques des régions tempérées d’Australie (côte est et sud-ouest) excepté 4 originaires de Nouvelle-Calédonie. Il appartient à la famille des Myrtacées tout comme l’eucalyptus ou le myrte mais se distingue de ce dernier par ses fruits secs et déhiscents (qui s’ouvrent à maturité). Les callistemons avec les eucalyptus font ainsi partie de la sous-famille des Leptospermoïdées par opposition à la sous-famille des Myrtoïdées (myrte, goyavier) caractérisée par des fruits charnus indéhiscents. Le genre Callistemon est très proche du Melaleuca avec lequel il est parfois difficile de faire la différence.

Les callistemons ou rince-bouteilles forment des arbustes dressés de 1 à 10 m, aux rameaux arqués, parfois retombants. L’écorce beige ou brun rouge s’exfolie avec l’âge avec une apparence très tourmentée chez certaines espèces.

Les feuilles persistantes, à la consistance du cuir, glabres, vert gris des callistemons leur donnent une apparence de plantes méditerranéennes, mais en réalité, nombre d’entre eux poussent le long des fleuves et rivières sur des sols siliceux humides. Cependant, ils supportent une hygrométrie faible et ont même besoin de subir un incendie pour libérer leurs graines. Tel le phénix qui renaît de ses cendres, c’est une fois que le pied mère a brûlé que les semences vont pouvoir être libérées de leur capsule et régénérer l’espèce. Les capsules demeurent en effet irriguées par la sève plusieurs années après la floraison et de ce fait ne libèrent les graines qu’après le passage du feu. Les Myrtacées ont aussi la particularité d’avoir le limbe riche en huiles essentielles, ponctué de très petites glandes sécrétrices, visibles par transparence. Les feuilles des callistemons sont alternes, de forme allongée et pointue, parfois même semblables à des aiguilles. Elles ont souvent un aspect soyeux et pourpre à leur naissance.

La floraison des callistemons en forme de goupillon leur a valu le surnom de « rince-bouteilles », « bottlebrush » en anglais. La plupart ont une floraison rouge vif mais aussi rose violacé, jaune citron, blanche, qui se déroule soit au printemps soit en été avec parfois une remontée à l’automne. Les fleurs sont groupées en épis terminaux et arborent de longues étamines colorées terminées par les anthères, parfois jaune vif qui dans ce cas accentuent l’éclat des fleurs. Le pistil se trouve mêlé au bouquet d’étamines. La corolle se limite à 5 pétales très courts, arrondis. Dans leur habitat, les fleurs sont visitées par des oiseaux à la recherche de nectar, parfois même par de petits perroquets.

La croissance des pousses qui suit la floraison se fait dans le prolongement des épis si bien que les capsules sphériques, lignifiées se trouvent à demi incrustées dans l’écorce quand le rameau s’épaissit. De forme sphérique mesurant 4 à 6 mm, elles renferment des graines fines brunes comme de la poussière.

Quarante huiles essentielles sont tirées du genre Callistemon, possédant des propriétés insecticides et nématicides. La racine de Callistemon citrinus produit un herbicide à base de leptospermone qui a servi de modèle à la création de l’herbicide mésotrione vendu sous le nom commercial Callisto.

Le nectar abondant contenu dans les fleurs servait aux aborigènes à réaliser un breuvage sucré.

Le nom de genre Callistemon vient du grec kallistos qui signifie « très beau » et de stêmôn qui désigne l’étamine, en référence au caractère ornemental de cet organe.

Où le planter ?

Les rince-bouteilles exigent généralement le plein soleil pour bien fleurir même s’ils acceptent la mi-ombre. Préférez un endroit abrité par un mur en climat moyen.

Ils poussent en bordure de cours d’eau sur des sols sableux, caillouteux, un peu humifères ou argileux. Ils apprécient ainsi de bons arrosages en été, cependant leur feuillage coriace et la souplesse des rameaux leur permet de tolérer la sécheresse, le vent et les embruns à des degrés divers. En zone où les hivers sont plus rigoureux, il est préférable de les planter en sol bien drainé. D’ordinaire, ils poussent en sols siliceux mais certaines espèces supportent bien le calcaire.

Quand planter le callistemon ?

Plantez le callistemon en avril-mai de préférence.

Comment le planter ?

En pleine terre, constituez un mélange drainant, de préférence acide avec du compost, de la terre de jardin non calcaire et du sable.

En pot, installez une bonne couche de drainage et plantez dans un mélange de terre franche non calcaire, de sable et de terreau.

Culture et entretien du callistemon

Arrosez régulièrement tout au long de l’été et fertilisez les plantes en pot avec un engrais organique pour arbustes à fleurs une fois par mois. Évitez les excès de phosphore, de potassium et calcium.

Protégez le plant avec un voile d’hivernage ou placez-le en serre froide durant l’hiver. Pensez à continuer à l’arroser une fois par mois. Si la ramure gèle, il arrive souvent que la touffe se reconstitue du pied mais il faut attendre au moins 2 ans avant de la voir refleurir.

En pot, au bout de 4-5 ans, le callistemon ayant atteint 2 m en tous sens peut rester dans un pot de 50 l à condition de remplacer le substrat : après la floraison, dépotez la plante et faites tomber le substrat en griffant les racines puis remplacez-le.

Taille du callistemon

Quand tailler ?

Dès la fin de la floraison puis éventuellement en fin d’automne pour rectifier le port.

Les bois morts sont taillés en sortie d’hiver.

Comment tailler ?

Taillez les fleurs fanées pour encourager la remontée et la ramification. Les callistemons supportent aussi un rabattage sévère de la touffe de temps à autre.

Multiplication du callistemon

Le callistemon se multiplie par semis ou bouturage.

Semis

Semez dès le mois de mars. Une petite astuce consiste à chauffer les capsules à la flamme pour obtenir la libération des graines. Posez un journal sous le plant pour recueillir les semences.

  • Semez les graines aussi clair que possible pour éviter l’étiolement, dans une terrine contenant un mélange drainant recouvert d’une fine couche de sable.
  • Maintenez humide jusqu’à la germination en plaçant la terrine sous châssis fermé.
  • Avant de repiquer les plantules en substrat classique, placez-les en milieu sec afin de les renforcer.

La floraison intervient 3 à 6 années plus tard.

Bouturage

La bouture se pratique au printemps :

  • Plantez les boutures semi-herbacées dans un mélange aéré (sable ou perlite) après les avoir trempées dans de l’hormone de bouturage.
  • L’émission de racines peut être longue mais le taux de réussite est important.

La floraison intervient dès la première année.

Maladies, nuisibles et parasites

Le callistemon est peu sensible aux ravageurs mais il est parfois atteint par les cochenilles et les larves de tenthrèdes (fausses chenilles) qui rongent les limbes. Appliquez un insecticide de type pyrèthre en fin de journée.

Un excès de calcaire provoque la chlorose du feuillage chez les espèces sensibles. Faites un apport de fer antichlorose.

Le champignon Cylindrocladium scoparium, hôte naturel des Myrtacées, provoque des taches brunes sur le feuillage et des nécroses de la tige. Appliquez un fongicide.

Conseils écologiques
Les callistemons sont de très beaux arbustes riches en nectar apprécié des abeilles et papillons, capables de pousser en sol pauvre, relativement sec, de tolérer les embruns, le vent et les tailles. Le seul bémol est de choisir les espèces à la rusticité satisfaisante
admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *