Calopsitte élégante

symbiose.tn

 

Avec la perruche ondulée, il s’agit dans doute d’un des perroquets et des oiseaux de cage les plus communs dans le monde.
Chez les adultes, la tête et la base de lahuppe sont jaunes. Les couverturesauriculaires dont la partie postérieure est généralement plus pâle sont orange. La nuque et les longuesplumes de la crête sont grises. Les parties supérieures présentent une teinte gris-tourterelle foncé. Les ailessont grises mais affichent un large placard blanc au niveau descouvertures et des secondaires. Les parties inférieures sont d’un gris plus clair. La queue varie du gris moyen au gris sombre mais la base des sus-caudales est plus pâle. Le bec est gris, les iris brun sombre. Lespattes sont brun-gris.
La femelle et les immatures mâles ont une tache orange moins contrastée sur la face. Le croupion, la queue et les flancs portent de fines barres qui sont assez visibles. Lesrectrices externes jaunâtres sont barrées de gris. Le dessous des rectrices est légèrement barré.

Chant :

Les calopsittes élégantes sont des oiseaux grégaires et extrêmement sociaux, ils ont besoin d’un vaste répertoire de cris pour communiquer ou exprimer leurs sentiments. En vol, ils émettent des « queel, queel-queel » qui ont une sonorité plaintive. On peut également entendre des « weero », ce qui leur vaut leur nom vernaculaire en Australie. Les calopsittes possèdent un grand pouvoir d’imitation des autres oiseaux.

Habitat :

Les cockatiels ou calopsittes élégantes fréquentent une grande variété d’habitats tels que les zones boisées ouvertes, les parcelles de petits acacias, les forêts qui longent les cours d’eau et même les étendues de spinifex (Triodia) qui sont des plantes vivaces poussant dans les régions semi-arides. On les trouve également dans les terres agricoles, dans les chaumes et dans les vergers ainsi que dans les plaines et le long des routes.
Cette espèce est endémique de l’Australie. Son aire de distribution couvre une grande majorité du continent excepté les zones littorales les plus humides. Elle est également absente de la péninsule du cap York, des districts situés le plus au sud en hiver et des zones situées le plus au nord en été. Après de fortes précipitations, de larges rassemblements peuvent s’installer au centre du pays où ils sont absents habituellement.

Comportements :

Dans les zones les plus arides, on observe les calopsittes en couples ou en bandes pouvant rassembler jusqu’à une centaine d’individus. Quand ils s’alimentent, les groupes contiennent en moyenne 27 membres. Cependant, on a déjà aperçu des rassemblements de près de 1000 oiseaux près de décharges contenant des enveloppes végétales provenant du décorticage du riz. A proximité des points d’eau, les calopsittes élégantes s’associent souvent avec les perruches ondulées (Melopsittacus undulatus). Quand elles se posent, elles se perchent sur les grosses branches des arbres. Les calopsittes se nourrissent 2 fois par jour : le matin, peu de temps après le lever du soleil, elles consomment environ 2,72 grammes de matières végétales. Le soir, environ une heure et demie avant la tombée de la nuit, elle ingurgitent une masse d’environ 4,25 grammes, ce qui fait presque 7 grammes pour la journée entière.

Les calopsittes élégantes sont de grandes voyageuses. En dehors de la saison de nidification, elles forment de grands rassemblements qui se déplacent en suivant la montée en graines des plantes herbeuses et des céréales. Comme de nombreux granivores, ces oiseaux ont besoin d’eau et pendant les temps de sècheresse, il arrive que les bandes atteignent le littoral. Tous ces mouvements sont assez imprévisibles car ils sont liés aux conditions climatiques et à l’état des ressources alimentaires. Néanmoins, dans le sud du continent, les migrations saisonnières sont plus régulières : les oiseaux arrivent pour nicher pendant le printemps austral et repartent généralement dès le début de la nouvelle année.

Nidification :

Dans le nord, la reproduction se déroule entre avril et juillet alors que dans le sud, elle a lieu généralement d’août à décembre. Le nid est situé dans une trou d’arbre dont le fond est garni avec un peu de sciure. La plupart du temps, le site de nidification est placé à proximité d’un point d’eau dans lequel les oiseaux vont se désaltérer tous les jours. La ponte comprend entre 3 et 7 œufs qui sont couvés à tour de rôle par les deux parents pendant environ 20 jours. 4 œufs constituent une nichée normale. Il peut y avoir plusieurs nichées pendant la saison. Lorsqu’ils naissent, les oisillons ont un épais duvet jaune, ils reçoivent principalement leur pitance tôt le matin et assez tard dans la soirée. Ils quittent le nid au bout de 3 à 4 semaines mais ils demeurent au sein du groupe familial et ils dépendent de leurs parents pendant encore 1 mois. Passé ce délai, ils intègrent des grandes bandes qui errent à la recherche de nourriture.

Régime :

Les calopsittes élégantes consomment une grande variété de petites graines qui sont récoltées sur le sol mais également dans les champs cultivés de sorgho et de tournesols. Lorsqu’elles sont abondantes, les variétés de graines locales sont généralement préférées aux graines qui proviennent des cultures.

Protection / Menaces :

Cet oiseau est très commun et très répandu sur l’ensemble de son aire. Sans doute en progression, il a bénéficié des installations et des réservoirs artificiels pour le développement de l’agriculture. Les effectifs au niveau mondial sont estimés à près d’un million d’individus. Les nombreux oiseaux qui se sont échappés aux Etats-Unis ont échoué dans leurs tentatives pour s’établir à l’état sauvage. En Australie, les calopsittes élégantes sont souvent persécutées car elles sont nombreuses et considérées comme des pestes pour l’agriculture.

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *