Hypolaïs polyglotte

Hypolaïs polyglotte3

 

[audio_mp3 url= »http://symbiose.tn/wp-content/uploads/2015/02/hypolais.polyglotte.symbiose.tn_.mp3″]

 

Ordre : Passériformes

Famille Acrocephalidés

Genre :  Hippolais

Espèce :  Polyglotta

Biométrie :

Taille : 14 cm
Envergure : 19 à 20 cm
Poids : 9 à 16 g

Cet oiseau se remarque à sa gorge, sa poitrine et son ventre jaune vif, à ses parties supérieures plus brunes. La tête se caractérise par un front boulé, un long bec assez épais de couleur jaune orangé. Les hypolaïs sont de grandes fauvettes à dessous jaune et dessus verdâtre imitant, dans leur chant, d’autres espèces. Dans nos régions d’Europe Occidentale, deux espèces se rencontrent : l’hypolaïs ictérine, orientale et l’hypolaïs polyglotte plus occidentale. La ligne de séparation entre les deuxespèces passe légèrement à l’ouest de notre pays. La distinction entre les deux espèces est assez subtile. L’hypolaïs polyglotte n’a pas de plage blanchâtre sur les ailes. Celles-ci sont également plus courtes que celles de l’ictérine, ce qui lui donne un aspect plus trapu. Pour les oreilles exercées, la différence entre les chants et les cris est sensible. La couleur des pattes, bleuâtre chez l’ictérine, brunâtre chez la polyglotte est difficile à apprécier dans la nature.

Chant :

Ses facultés d’imitation lui ont valu le nom de polyglotte. En effet, dans le babil incessant que délivre l’hypolaïs, figurent des sons empruntés au registre d’autres espèces. Elle entame souvent sa composition sonore par quelques notes du merle noir (Turdus merula), du moineau domestique, de la grive musicienne ou bien encore de l’hirondelle rustique. C’est une chanteuse assidue qui, absorbée dans ses vocalises territoriales se laisse alors observer bien en évidence sur la branche dépassant du roncier ou l’arbuste dominant les broussailles.

Habitat :

Cet oiseau affectionne les friches aérées à végétation basse, les landes en voie de colonisation, les buissons, pourvu qu’ils soient bien exposés, car l’hypolaïs aime la chaleur et les terrains secs. Il ne dédaigne pas pour autant de s’installer près des rivières, mais choisit de préférence le versant de vallée le mieux orienté.

Comportements :

Sylviidé migrateur transsaharien. Occupe l’Europe Occidentale et l’Afrique du Nord. Le nord-est de la France représente la zone de transition entre la polyglotte et la cousine, l’hypolaïs ictérine qui occupe l’Europe Centrale et Orientale.

Vol :

Le vol de l’hypolaïs polyglotte est quelque peu papillonnant et ses mouvements sont plus lents que ceux de l’ictérine (la polyglotte a les ailes plus courtes).

Nidification :

Nid : il place son nid à faible hauteur (1-4 m), en général dans un arbuste touffu ou un roncier. C’est un édifice léger fait d’herbes sèches, garni de crin. 1à 2 pontes de 3 à 5 oeufs sont déposées chaque année. L’incubation est assurée par la femelle pendant un peu moins de 2 semaines.

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *