Zostérops à dos gris

symbiose.tn

 

Ordre : Passériformes

Famille : Zostéropidés

Genre : Zosterops

Espèce : lateralis

Taille : 12 cm

Trois espèces de zostérops nichent sur le continent australien, le zostérops à dos gris étant le plus largement répandu et le plus facile à voir. Comme la quasi totalité des oiseaux de ce genre, c’est le large cercle blanc autour de l’œil qui attire l’attention. Un minimum de 6 sous-espèces ont été décrites sur le continent australien où il est le seul petit oiseau gris et vert-olive à « lunettes » blanches. Le bec est fin, les sous-caudales et la gorge jaunâtres, les flancs chamois à noisette selon les sous-espèces, la poitrine grisâtre et le dessus d’un vert-olive plus ou moins sombre. Les sexes sont semblables, mais les jeunes n’ont pas de cercle blanc autour de l’œil.
Dans la région de Cairns, pourrait être confondu avec le zostérops à ventre jaune (Zosterops luteus) qui est nettement plus petit et dont le dessous est jaune du bec à la queue. Cohabite avec d’autres espèces, dans différents archipels de l’océan Indien.

Chant :

Le chant est une succession de son aigus sifflés et de brefs trilles que l’on pourrait un peu rapprocher de celui de l’accenteur mouchet. Le cri, aigu lui aussi, rappelle celui de certaines mésanges.

Habitat :

On peut le trouver partout où il y a des arbres, depuis lesmangroves jusqu’à l’étage subalpin (par exemple en Nouvelle-Zélande). Dans cet archipel, il est bien présent dans les parcs urbains pourvu qu’on y trouve des arbres indigènes.

Distribution :

Le zostérops à dos gris a une vaste répartition qui s’étend du sud de l’Australie, y compris la Tasmanie, jusqu’à la Nouvelle-Calédonie et au Vanuatu, en passant par la Nouvelle-Zélande. Dans l’est et le sud de l’Australie, il occupe une large zone littorale, depuis les environs de Cairns jusqu’à ceux de Perth. Sa présence dans plusieurs îles et archipels isolés expliquent le grand nombre de sous-espèces reconnues (16).

Comportements :

Les individus vivant dans les régions tropicales sont tout au plus erratiques, mais le plus souvent sédentaires. Par contre, les oiseaux nichant en Tasmanie (sous-espècelateralis) sont en partie migrateurs et peuvent entreprendre des mouvements de plusieurs centaines de kilomètres qui les conduisent dans le sud-est de l’Australie lors de l’hiver austral. Les oiseaux nichant dans l’île du Sud en Nouvelle-Zélande en font de même en direction de l’île du Nord.
Les couples restent unis (pour la vie ?), même en hiver à l’intérieur des groupes. C’est à l’intérieur de ces groupes hivernaux que les jeunes de l’année se mettent en couple.

Nidification :

En Nouvelle-Zélande, la reproduction s’étend de septembre à mars, de septembre à janvier en Australie.
Le nid est une coupe d’herbes fines, mousses et toile d’araignée suspendue dans un buisson. Il y a deux ou trois pontes par an selon les régions, parfois même 5 dans les zones tropicales. La femelle pond de 2 à 4 œufs bleu pâle que les 2 adultes couvent pendant une dizaine de jours. Les poussins restent au nid un peu moins 2 semaines. Les pontes sont souvent parasitées par le coucou éclatant (Chrysococcyx lucidus).

Régime :

Le zostérops à dos gris est plus ou moins omnivore, consommant à la fois des invertébrés (insectes, vers, araignées) et des fruits et des baies.

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *